Interview : Claire Bauchart, journaliste et autrice

J’ai découvert la pétillante Claire grâce à Bookstagram et surtout sa rubrique L’incontournable livre de chevet à laquelle j’ai pu participer avec plaisir. Si vous souhaitez vous éloigner des nouveautés et découvrir des portraits de passionnés c’est ce qu’il faut lire. Ensuite, j’ai découvert qu’en plus d’être journaliste chez Elle, elle était aussi autrice. Décidément elle a plus d’une corde à son arc ! Claire m’a gentiment envoyé son dernier livre Le Crépuscule du paon que j’ai chroniqué hier et beaucoup aimé par sa modernité et son sujet original. Après Jonathan Hammel médecin et auteur et Joachim Schnerf éditeur et auteur, j’avais envie d’en savoir plus sur cette autrice qui ne se contente pas d’un seul métier !

  • Bonjour Claire, peux-tu te présenter ?

Bonjour Nina ! Avant de te répondre, je tiens à te remercier de me donner la parole. Je suis ravie d’être interviewée sur ton blog, dont je suis une lectrice assidue. Je l’ai découvert à l’occasion du billet que tu avais posté en décembre 2018 : « dix cadeaux littéraires pour amateurs de voyage. »
Pour en revenir à ta question, je suis journaliste pour le magazine ELLE depuis 2017. Avant cela, j’ai travaillé aux Échos, à l’Opinion et ai réalisé des documentaires portant, entre autres, sur les violences conjugales, la prison ou l’éducation des enfants. Bon, tout cela se passe le jour. Car, la nuit, j’écris !

  • Comment combines-tu ta profession de journaliste et le travail d’écriture ?

Être auteure revient à mener une double-vie professionnelle. Cela suppose une grande organisation. Concrètement, je m’impose des objectifs : par exemple, écrire, en fonction de ma charge de travail par ailleurs, deux ou trois chapitres par mois. Cela signifie que je consacre une part non négligeable de mes soirées et fins de semaine à mes livres.

  •  Aimerais-tu être autrice à plein temps ?

À terme, oui cela me plairait. Pour l’instant, je préfère mener de front plusieurs activités. Écrire est un exercice très solitaire. Travailler en parallèle permet de rester ancrée dans le réel, de ne pas s’isoler… en plus d’être, parfois, vecteur d’inspiration !

  •  Est-ce qu’être journaliste t’a aidée dans tes démarches pour être éditée ?

Non, pas du tout… Quand on se lance sans connaître grand-monde,  cet univers est assez fermé (comme celui des médias d’ailleurs) ! J’ai mis plusieurs mois à obtenir une réponse d’un éditeur pour mon premier livre, finalement publié chez Michalon en 2014.

  •  Comment as-tu choisi les éditions du Rocher ?

J’avais repéré certains de leurs précédents titres et échangé, à l’occasion de salons, avec des auteurs de cette maison. Puis, je dirais que la vie a fait le reste et que nous nous sommes choisis mutuellement! J’ai envoyé le manuscrit de mon premier livre sorti au Rocher, Ambitions assassines,  à Julie Daniel, éditrice et responsable éditoriale, qui l’a lu et fait lire. L’aventure continue aujourd’hui avec Le Crépuscule du Paon !

  •  Quelle est la part autobiographique dans le personnage de Pascaline Elbert ?

Beaucoup me posent la question ! Pascaline est très différente de moi. Elle a une dizaine d’années de plus, a un quotidien éloigné du mien. Je l’ai façonnée en m’inspirant de plusieurs consœurs rencontrées dans différentes rédactions : des femmes fortes, investies, passionnées par leur travail, jonglant entre leurs enquêtes et des vies personnelles prenantes.

  •  Dans Le Crépuscule du paon, tu parles beaucoup des marchés publics, ce n’est pas un sujet qu’on a l’habitude de croiser dans les romans, pourquoi as-tu souhaité parler de cela ?

Comme mon précédent livre Ambitions assassines, l’idée du Crépuscule du Paon est née à un moment où je lisais et regardais énormément de fictions politiques, à l’instar d’House of Cards ou de Baron noir. Ces histoires m’ont donné envie, moi aussi, d’explorer ce monde-là. J’ai donc effectué, pendant plusieurs semaines, des recherches concernant les grandes affaires ayant émaillé la Cinquième République. Celle des marchés publics d’Ile-de-France a retenu mon attention : j’ai songé qu’il serait amusant de la transposer, sous une forme différente, à notre époque, à l’heure d’Internet et des cryptomonnaies !

  •  Que penses-tu des polémiques actuelles autour de la rémunération et de la précarité des auteurs ?

La création est un élément essentiel d’une chaîne où chacun joue un rôle important. En ce sens, il est inutile d’opposer les auteurs aux autres acteurs du monde du livre. Néanmoins, je trouve nécessaire de poser la question, essentielle, de leur rémunération : ils restent, pour l’heure, peu considérés au niveau financier. De fait, une infime minorité vit de sa plume. Je le constate très bien lorsque je me déplace le week-end pour des salons du livre : nous sommes très nombreux à mener deux vies professionnelles.

  •  Quels sont tes goûts littéraires personnels ?

Ils sont très variés ! Récemment, j’ai dévoré Lethal White de Robert Galbraith, alias JK Rowling. J’aime beaucoup la façon dont cette écrivaine, tout en nous entraînant dans une intrigue très prenante, décrit en profondeur la psychologie de chacun des personnages. Puis, j’ai une admiration toute particulière pour les auteurs dont les ouvrages sont adaptés en séries ou en films…

J’aime aussi beaucoup les romans et essais de Benoîte Groult. D’ailleurs, le prochain texte figurant en haut de ma « pile à lire » est Ainsi soit Olympe de Gouges.

  •  Un dernier mot pour les personnes souhaitant se lancer comme auteur ?

C’est possible ! Quand on débute, sans forcément avoir un éditeur, la clé consiste à s’imposer des délais à tenir pour éviter de voir son projet s’étaler dans le temps…

Merci Claire ! Prochaine étape : lire Ambitions assassines !

itv claire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s