« Parfois, elle se demande dans combien de temps son mari réalisera qu’il y a un problème. Peut-être jamais. »

Le Malheur du bas

Inès Bayard, éditions Albin Michel

La scène d’ouverture donne le ton du livre : froid et violent. On sait en ouvrant ce livre qu’il sera question de viol, mais surtout de l’après, de la façon dont une jeune femme mariée va continuer à vivre sa vie d’épouse puis de maman. Le viol est commis par son nouveau Directeur Général, c’est une scène sale et insoutenable. L’auteure ne nous fait pas de cadeaux, mais c’est un mal nécessaire car réel.

Ensuite, c’est la descente aux enfers. Marie se mure dans le silence. Elle se force à avoir des relations sexuelles avec son mari. Elle fait semblant devant sa famille. Et personne ne voit rien, ou ne veut rien voir. Surtout, elle découvre qu’elle est enceinte, mais elle est persuadée que c’est l’enfant du viol et non de l’amour. À partir de ce moment-là elle sombre dans la folie. Je n’appréciais pas ce personnage de petite bourgeoise enamourée avant le viol, mais sa transformation après le drame. était également difficile à supporter.

ATTENTION SPOILERS 

Évidemment il n’y a pas de bonnes réactions à avoir. Néanmoins, ce qu’elle s’inflige à elle-même c’est une chose, mais ce qu’elle fait aux autres est inacceptable. Avant d’en arriver à la tragédie de la scène d’ouverture, elle va maltraiter son enfant. Qu’elle ait souhaité avorter ne me choque absolument pas. Mais ensuite, cet enfant, qui n’y est pour rien, doit subir son indifférence et sa colère, jusqu’à le rendre malade. Il y a aussi le choix qu’elle a fait de se taire. Si elle avait parlé, une autre jeune femme ne se serait probablement pas faite violer à son tour. D’ailleurs un épisode de la série The Bold Type traite de ce sujet, je vous le conseille. Je pense que l’auteure a souhaité nous questionner, et c’est réussi.

C’était donc une lecture très difficile. À la fois parce qu’on ressent dans notre chair ce que subit Marie, mais également parce qu’on a envie de la sortir de ses abîmes, et de la stopper dans sa cruelle folie. C’est un roman de la destruction que j’ai lu d’une traite, en deux heures, en apnée. C’est aussi un véritable tour de force de la part de l’auteure dont c’est le premier ouvrage. Ce roman dur m’a fait l’effet d’une gifle.

Pour ceux qui l’ont lu, qu’avez-vous pensé des points que j’ai abordé ?

43018901_553651855077244_414925520472375296_n.png

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s