« J’ai dessiné, car mon père était incapable de dessiner, le seul domaine où il ne pouvait pas me juger ! »

Comment tu parles de ton père

Joann Sfar, éditions Albin Michel

De Joann Sfar, je connaissais les Bandes dessinées (Petit Vampire, Grand Vampire et Le Chat du rabbin), et je savais qu’il avait écrit différents types de romans. Ce petit ouvrage où il est question de la mort de son père montre tout son humour, mais aussi sa tendresse, la vision qu’il a de lui-même et son rapport au judaïsme.

C’est une déclaration d’amour tardive qu’il adresse à son père. Père haut en couleur, avocat réputé, coureur de jupons, fervent croyant et boxeur. Une image forte et inégalable pour l’auteur. Toute sa vie il se sera comparé à cet homme. De son rapport aux femmes à son rapport à la religion, en passant par ses talents de bagarreur et son amour des histoires. Et il perd sa possibilité à épater en perdant son père. Il n’avait trouvé que le dessin pour se distinguer.

Tout en pudeur et en humour, l’auteur nous raconte une histoire universelle. Celle des relations pères-fils et du deuil. Parfois dans la peau de l’adulte et père de famille, parfois dans celle du petit garçon, Sfar nous plonge dans ses souvenirs. C’est touchant et intelligent. Un joli roman-confession à découvrir.

Et vous, plutôt Joan Sfar bédéiste ou romancier ?

42962298_239531896739625_2404754327924113408_n.png

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s