« Je voulais me mettre un peu en danger. Sentir mon cœur palpiter. »

Aujourd’hui je vous parle d’un nouveau phénomène littéraire avec Dark Romance de Pénélope Douglas aux éditions Harlequin.

Je ne suis absolument pas lectrice de romance, new romance, new adult et autres dérivés. Mais comme il ne faut pas mourir bête et qu’on m’a plutôt bien vendu ce nouveau concept je me suis dit pourquoi pas. La Dark Romance repose donc sur une histoire d’amour entre deux personnages torturés, au passé sombre, et c’est généralement une relation interdite.

Pour le positif : c’est assez bien écrit, simple et cela se lit en quelques heures. Comme ce n’est pas prise de tête et plutôt addictif c’est objectivement un page-turner. L’histoire d’amour n’est pas cucul, c’est plus moderne dans l’approche. On a deux temps de narration : le présent, ainsi que trois ans plus tôt lors d’une nuit d’Halloween, mais également le point de vue de l’héroïne Erika et du jeune homme qu’elle désire Michael. Pour le coup, c’est assez intrigant, car on sait qu’il veut se venger d’elle, qu’il la manipule, et surtout qu’elle ne voit rien venir. Cela rajoute du piquant. Quant aux quelques scènes de sexe, elles sont assez crues pour émoustiller, bien qu’elles tournent essentiellement sur du désir et des préliminaires.

Mais : de manière générale cela ne va pas assez loin. On sent que le livre s’adresse à un public assez jeune et à des lectrices habituées à la romance, donc l’auteure ne veut pas choquer. Cela partait très bien avec cette histoire de vengeance et de manipulation, mais au final il ne se passe pas grand chose. L’héroïne est vendue partout comme une bad-ass avec un vrai côté obscur, au final c’est simplement une jeune femme qui veut se sortir du carcan familial et se fait manipuler par un pervers-narcissique (qui m’a agacé), sans réagir, pour la plupart du temps. Ce n’est pas l’héroïne la plus féministe du monde. (je passerais sur la notion de « consentement sexuel » qui est un peu moyenne ici…) Enfin, le final n’est pas à la hauteur de la montée d’intensité.

Conclusion : mes premiers pas dans la Dark Romance sont plus concluants que je ne le pensais. Néanmoins cela reste une lecture assez légère, pas très poussée ni intellectuelle, avec encore une fois une nana qui se retrouve sous la coupe d’un mec avec plus de charisme et d’autorité qu’elle. Sympa quand on ne veut pas se prendre la tête.

17091215_10211827343257122_1834585703_o

Bibliothèque, jeux interdits, soumission et sexe dans La Maison des plaisirs de Marina Anderson

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s