« C’est comme ça qu’on remercie les héros. »

au rev.jpgJe n’ai jamais réussi à me plonger dans le pavé (presque 600 pages) de Pierre Lemaitre, malgré son Prix Goncourt. Du coup j’ai tenté l’adaptation en BD d’Au revoir là haut par Christian de Metter aux éditions Rue de Sèvres.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire; on suit deux personnages : Albert Maillard, modeste comptable qui a sauvé la vie d’Édouard Péricourt, fils de bonne famille, lors d’une dernière offensive désespérée. Édouard, complètement défiguré, ne parvient pas à reprendre une vie normale et refuse de renouer avec sa famille. Albert, lui, tente de joindre les deux bouts.

J’ai trouvé passionnant et très original ce focus, sur un pan méconnu de la Première guerre mondiale. Car les soldats, une fois rentrés du front, se retrouvent pour la plupart sans soutien et sans argent. Après toutes les horreurs qu’ils ont vécus, ils peinent à retrouver une place dans la société, profondément marqués par leurs tragédies. Dans le même temps, les morts, eux, sont honorés : monuments aux morts gigantesques, financements des enterrements, etc. Les vivants, eux, rament. C’est pourquoi Edouard et Albert vont se lancer dans une arnaque bien sentie.

Le parti pris du romancier de faire une BD avec peu de textes, nous laisse un peu sur notre faim, mais c’était une très bonne lecture. Et visuellement la BD et les gueules cassées sont très réussis !

aurevcouv

Une autre adaptation de roman en BD et une énorme claque visuelle Le Dernier des mohicans par Didier Cromwell

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s