« On la regarde et on ne la voit pas. Elle est une présence intime, jamais familière. »

J’ai enfin eu le temps de lire le très médiatisé prix Goncourt 2016 Chanson douce de Leïla Slimani aux éditions Gallimard.

Évidemment cette histoire de nounou infanticide m’intriguait. La première phrase « Le bébé est mort » plante le décor, mais il n’y a aucun voyeurisme, ni aucun détails. L’auteure s’intéresse surtout à la psychologie de ses personnages.

Il y a une véritable réflexion sur la lutte des classes, et ce rapport si particulier d’employeur / employé, lorsqu’il s’agit d’une personne qui s’occupe de vos enfants et de votre intérieur. Alors oui les personnages sont parfois un peu caricaturaux : les parents sont des bobos parisiens de base, et les nounous étrangères qui se retrouvent au square parlent mariage blanc. Mais si l’on dépasse ces défauts, l’analyse est plutôt poussée, et son originalité est de s’intéresser à ces femmes de l’ombre avec qui les enfants grandissent. Et qu’ils peuvent parfois voir plus que leurs propres parents.

De nombreuses questions sont soulevées. Comment gérer cette relation si particulière ? Comment être une femme et avoir des désirs de carrière ? Comment faire la part des choses entre familiarité et professionnalisme ? Comment repérer les premiers signes de déviance et de troubles psychologiques ? Et surtout comment repérer la détresse sociale ? Car cette nounou, décrite au départ comme un monstre a une histoire. Et cette histoire fait d’elle à la fois un bourreau et une victime, et c’est très intéressant.

Néanmoins, bien que j’aie dévoré le roman, je suis restée un petit peu sur ma faim, car je voulais en savoir plus sur les motivations de cette femme et ce coup de folie passagère. L’auteure nous laisse tirer nos propres conclusions. C’est toutefois un excellent roman, très bien écrit, et qui apporte un éclairage, ou tout du moins une vision sur ces femmes omniprésentes et pourtant oubliées.

15817697_10211234901566450_1284837914_o

Un autre Prix Goncourt à dévorer Le Soleil des Scorta de Laurent Gaudé

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s