« Victoria ne sombra pas. »

Victoria & Les Staveney de Doris Lessingaux éditions J’ai Lu, est un court roman de 125 pages.

Victoria, fillette noire de 9 ans à la vie difficile (elle n’a plus de parents, et vit avec sa tante malade dans un petit 2 pièces), se retrouve un jour par hasard dans la demeure des riches Staveney. Elle tombe en pâmoison devant le grand frère, Edward, et se rappellera pendant des années la soirée en sa compagnie. 

Victoria, ayant bien grandit, entame une liaison avec Thomas, le jeune frère d’Edouard. De cette union naîtra Mary, mais elle ne souhaitera pas en informer Thomas. Elle se marie ensuite avec un noir – très noir, avec qui elle a un garçon, puis son mari meurt. Quelques temps plus tard, elle retombe sur Thomas et décide de l’informer de l’existence de sa fille.

Après quelques clichés au début sur la misère noire (le plus grand rêve de Victoria et son entourage est d’avoir une chambre pour soi) et la solidarité et l’abnégation féminine, qui conduisent Victoria à abandonner ses études (alors qu’elle est brillante), Doris Lessing offre un aperçu sans concessions de la rencontre entre les 2 mondes : blanc-riche et noir-pauvre. 

Edward combat les inégalités, mais il est le premier à penser que Victoria ment et qu’ils souvent faire un test de paternité. Les parents sont contents d’avoir une noire dans la famille « car cela fait bien » et prouve qu’ils sont meilleurs que leurs amis. Quant à Thomas il fantasme sur les femmes noires et la musique africaine, mais on ne sait plus trop si c’est en réaction à son univers bourgeois ou s’il est sincère . Tout le monde traite bien Mary et le racisme n’est pas frontal, mais il est insidieux. C’est tout l’intérêt du livre. Victoria devra faire un choix, entre l’éducation qu’elle souhaite donner et les possibilités offertes par les Staveney, mais également entre les inégalités qui naissent entre ses deux enfants.

C’est un court roman très intéressant et surtout intelligent. Doris Lessing, Prix Nobel de littérature en 2007 et une très grande auteure, et je vous conseille vivement de plonger dans son oeuvre !

14799844_10210508638970339_2066479874_o.jpg

A lire en écoutant Nina Simone – My baby just cares for me

Un formidable livre de Doris Lessing Le Cinquième Enfant

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s