« Mentir et tromper pour se prouver que l’on est vivant. »

Aujourd’hui, je vais vous parler de Pardonnable, Impardonnable de Valérie Tong Cuong aux éditions JC Lattès.13839793_10209669967604079_567650928_o

Milo, 12 ans, est un bon garçon, adoré par toute sa famille. Un jour de vacances, tandis qu’il s’amuse avec sa jeune tante Marguerite, il tombe violemment de son vélo. A travers son accident, puis sa rééducation, c’est toute l’histoire, les secrets et les ressentiments d’une famille que nous allons découvrir.

Ce roman choral, nous permet de nous plonger tour à tour dans l’histoire et les sentiments des personnages. Jeanne, la grand-mère, froide, autoritaire qui n’a jamais montré aucun sentiment envers sa jeune fille Marguerite, méprise Lino son beau-fils, mais est très fusionnelle et possessive avec sa fille Céleste. La douce Céleste, mère de Milo, déjà marquée par un précédent drame, elle essaie ardemment de rattraper les inégalités de traitement que subit sa sœur, et aime profondément les quatre membres de sa famille. Lino, un père dur, qui n’oublie pas le chemin parcouru en tant que fils d’ouvrier, il n’apprécie pas la présence de Marguerite, mais c’est un roc pour sa femme. Enfin, Marguerite, pleine de vie, parfois énervante et menteuse, très proche de son neveu, elle tente de se faire une place dans cette famille, qui ne lui en laisse guère.

L’histoire est divisée en cinq parties : le temps de la colère, de la haine, de la vengeance, de l’amertume et du pardon. Tandis que Milo se bat pour guérir, abandonne, stagne, se bat à nouveau, etc. La famille implose sous le poids des secrets, des rancœurs et d’événements très douloureux. Tout se cristallise autour de la guérison de Milo, qui agit comme un garde-fou.

Pardonnable, Impardonnable m’a captivé, je l’ai lu d’une traite. La vision de la famille de l’auteur est très sombre. Pour elle rien est acquis, ni le pardon, ni la guérison, ni même le très sacré « instinct maternel ». Se plonger dans ce roman, nous oblige à l’introspection, et à se demander ce que nous ferions dans pareils cas. Un roman vraiment touchant et prenant.

A lire en écoutant The Kooks – Ooh la
Aussi sur le thème des liens familiaux Delphine de Vigan – Rien ne s’oppose à la nuit

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s